le bar à cocktails secret au dessus d’un five guys


La folie des speakeasy semble s’être quelque peu calmée mais la plupart restent victimes de leur succès. Pour entrer dans Angel’s Share ou PDT par exemple, il faut prendre son mal en patience. Dommage car le propre même du speakeasy est de faire partie des happy few qui sont au courant et d’y rentrer un peu comme dans un moulin quand on connaît le chemin qui y mène.

Celui-ci n’est pas encore trop connu et vraiment posé. Pourtant, c’est un fabuleux bar à cocktails. Il >> lire l'article

l’hôtel de new york qui a inventé le bloody mary


L’hôtel St. Regis de New York s’autoproclame inventeur du célèbre Bloody Mary, le cocktail à base de jus de tomate et de vodka. En effet, Fernand Petiot, le barman du King Cole Bar de l’hôtel, perfectionna en 1934 la recette d’un cocktail à base de vodka et de jus de tomate qu’il baptisa le Bloody Mary. Il s’inspira de la recette originale de jus de tomate et vodka servie au Harry’s New York Bar à Paris et y ajouta des ingrédients clés, notamment du >> lire l'article

le marlton hotel, nouveau GQ de la mode new yorkaise


De la même manière que l’Ace Hotel est la cantine des geeks, le Marlton est le répère et la cantine des gens de la mode. Que ce soit pour boire un coup après le boulot, dîner ou bruncher le week end. Un peu comme le Bowery quelques mois avant lui. Pas étonnant puisque c’est le même propriétaire. Entre Margaux, le resto du Marlton, Sant Ambroeus à SoHo et le Narcissa du Standard East Village, on est sûr de trouver tout le gratin de la mode. Encore plus pendant la Fashion Week.

Sean MacPherson, >> lire l'article

le speakeasy japonais


Il y a des speakeasy plus ou moins bien dissimulés. Celui-ci se cache à l’intérieur d’un izakaya, sorte de pub japonais. Il suffit d’ouvrir une porte dans le restaurant, sur la gauche. Incognito, on pénètre dans Angel’s Share. C’est un de ces endroits élégants, raffinés et intimes. Il faut en général patienter parce que c’est minuscule. Venez tôt, très tôt.

On s’assoit au comptoir sur fond de musique jazz et on admire les bartenders japonais en smoking. Ils font un excellent boulot : leurs >> lire l'article

le bar avec les cocktails du 19e siècle


Qui a dit qu’on ne pouvait pas boire le passé ? Dans le Financial District, FiDi pour les branchés, le Dead Rabbit ressuscite des boissons vieilles d’un siècle et demi.

Même si l’anglais est votre tasse de thé, vous ne comprendrez rien aux ingrédients et aux breuvages : bishops, possets, cobblers, etc… ? Alors que New York a popularisé récemment l’époque de la prohibition avec ses speakeasy, ce bar a réinterprété les boissons du 17e au 19e siècle, des « cocktails » conçues différemment, >> lire l'article

le bar à flamenco


St. Mazie, c’est un bar stylé comme Williamsburg en a le secret : un décor vintage et élégant, un backyard très mignon et des cocktails irréprochables. Cerise sur le cocktail : presque tous les soirs, le bar a de la musique live. Mais le vendredi, depuis décembre dernier, St. Mazie n’est pas un bar comme les autres. Il nous transporte au coeur de l’Andalousie avec un spectacle de flamenco. Chaque fois différent. Chaque fois sublime.

Sur les accords d’Ian à la guitare et >> lire l'article

le bar où l’on entre par une cabine téléphonique vintage


Oui, ça fait un peu Harry Potter. Quand il pénètre dans le Ministère de la Magie par une cabine téléphonique. Plus sérieusement, PDT (Please Don’t Tell) est un speakeasy : bar clandestin qui, à l’époque de la Prohibition, demeurait caché pour contourner l’interdiction d’alcool. Chaque speakeasy a sa technique pour ne pas être visible et donner un semblant d’exclusivité. Au PDT, il faut entrer dans le Crif Dogs, le resto d’à coté et se diriger, mine de rien, vers la >> lire l'article