L’ouverture de la dernière section de la High Line – 21 Septembre

la dernière section de la High Line, ©MaxTouhey

la dernière section de la High Line, ©MaxTouhey

Les touristes en raffolent. Les New Yorkais y vont souvent malgré l’invasion touristique. C’est un succès qui fait parler de lui aux quatre coins du globe et en inspire tant d’autres : la High LineLa construction a débuté en 2006 et dans quelques jours, le projet original qui consistait à réaménager l’ensemble du pont ferroviaire abandonné sera achevé. 

La troisième et dernière section ouvre au public le 21 septembre. On pourra alors se promener sur 22 blocs, de Gansevoort Street à la 34e Rue. Avec des vues extraordinaires sur la ville et l’Hudson River. Au bout, on profite d’une vue dégagée… jusqu’à ce que le projet du tout nouveau quartier d’Hudson Yards (15 milliards de dollars) sorte de terre.

Pas vraiment la fin de la rénovation de la HIgh LIne

Pas vraiment la fin de la rénovation de la HIgh LIne

Une toute dernière partie n’ouvrira pas ce mois-ci par contre mais en 2015 : l’embranchement de la 10e Avenue.

 

L’ouverture de Central Perk, le café de la série Friends – 17 Septembre

Bien qu’iconique dans son décor new yorkais, Friends a été tourné à Los Angeles. Dans les studios. Triste mais pour une fois, on va pouvoir se régaler. Le Central Perk, le coffeshop que l’on voit plusieurs fois par épisode, va être créé à l’occasion des 20 ans de la série. Pour un mois seulement, dans le quartier de SoHo. Warner Bros s’est associé à la marque de café Eight O’Clock pour satisfaire les fans.

Parmi les réjouissances, on note le célèbre canapé orange sur lequel beaucoup prendront un selfie (c’est sûr !), des artistes qui viendront chanter comme le faisait Phoebe avec son fameux Smelly Cat et quelques apparitions de « Gunther », le barman amoureux de Rachel.

Le coffe shop de la série Friends… en vrai !

Central Perk: 199 Lafayette Street

Du 17 septembre au 18 octobre 2014

Ouvert de 8h à 20h la semaine et de 10h à 20h le week-end.

 

La réouverture d’une Librairie française à New York – 27 Septembre

La fermeture de la librairie française, au Rockefeller Center, en 2009. avait été une véritable tragédie. Il s’agissait de la dernière librairie française encore ouvert en Amérique du Nord. Désormais, on pourra de nouveau trouver des livres français à New York. Les services culturels de l’Ambassade de France ouvrent une librairie dans leurs locaux. Ils l’ont nommé Albertine, en référence aux « jeunes filles en fleur » de l’oeuvre de Marcel Proust.

Sur 150 m², Albertine proposera une sélection généraliste de 14 000 ouvrages. Des livres en langue française évidemment mais aussi des livres en anglais sur la France. La librairie sera inaugurée le 27 septembre en présence de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères. Pour son lancement, un festival de six jours (du 14 au 19 octobre) a aussi été prévu. Une belle brochette de personnalités y est conviée : le créateur de la série «Mad Men» Matthew Weiner, le mathématicien Cédric Villani, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, le réalisateur Olivier Assayas, la dessinatrice et réalisatrice Marjane Satrapi,…

Albertine – 972 Fifth Ave

Station : 77th St (6)

albertine.com –  212 650–0070

Bookmark and Share

A propos de Rafael...

Rafael est le rédacteur en chef de MyNewYork, spécialiste des hôtels de New York.

5 pensées à propos de “les bonnes nouvelles de la rentrée 2014 à new york

  1. Juste une idée: pouvez-vous imaginer, si l’on considère l’énorme dépense de cette entreprise dans un endroit loin d’un quartier d’affaires, ce qui aurait été accompli par le financement d’un même projet à la célèbre Librairie de France au Rockefeller Center qui existait depuis 1928, presqu’un siecle? Difficile à comprendre.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’étais à NY en mai 2009 juste avant que la Librairie de France au Rockefeller Center ne ferme. Je n’ai pas compris pourquoi les autorités françaises n’ont rien fait. Et même si aujourd’hui, les services culturels de l’ambassade ouvrent une librairie, elle ne se nourrit pas d’une longue histoire comme la Librairie de France et surtout il ne s’agit pas d’un commerce indépendant. Les services culturels doivent favoriser et encourager le rayonnement de notre langue, peut-être pas s’en charger eux-mêmes.

  2. Pingback: les bonnes nouvelles du printemps 2015 à new york

  3. Pingback: encore mieux que l'observatoire du One WTC

  4. Pingback: où manger après une balade sur la high line ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *