Dur d’être touriste dans une ville aussi gigantesque que New York. En général, on ne dispose que de quelques jours pour prendre la température de la métropole et profiter de sa folie des grandeurs. Les touristes croient connaître la ville parce qu’elles s’offrent à eux si généreusement et qu’ils l’ont côtoyée, par écran interposé, pendant longtemps.

Seulement la ville a ses petits secrets, ses petites habitudes que seuls les New Yorkais connaissent. En voici une liste non exhaustive :

1) Quel bruit ?

Le coeur de la ville, Midtown, c’est toujours bruyant. En permanence. Pareil pour le métro qui fonctionne 24/7. Mais les New Yorkais ne s’en rendent plus compte et ne trouvent plus la ville bruyante. Question d’habitude. Par contre, toute l’agglomération n’est pas ce brouhaha insupportable. La ville compte des quartiers résidentiels très calmes et de nombreux espaces verts.

DSC02901

2) La Statue de la Liberté n’existe pas 

La Statue de la liberté, l’Empire State Building et le Rockefeller Center n’existent pas vraiment. Les New Yorkais n’y vont jamais et n’y sont d’ailleurs, en général, jamais allé. Parmi les attractions touristiques iconiques de la ville, seuls le Pont de Brooklyn et Central Park sont réellement fréquentés par les New Yorkais.

3) Times Square = Métro

Times Square, c’est d’abord une station de métro avec ses multiples correspondances. Les New Yorkais ne se promènent jamais sur le carrefour, à la surface, pourtant considéré comme la représentation ultime de la capitale du monde.

4) NYC = The City

On n’appelle pas la ville « Big Apple », encore moins « New York » (cela ferait référence à l’Etat de New York). Pas souvent « New York City », bien que ce soit son nom. On dit « The City »…. 

DSC00287

5) Trottoir = Autoroute

Les trottoirs de Manhattan sont comme des autoroutes. Une vitesse minimale doit être respectée pour favoriser les flux express. Il ne faut en aucun cas être à contre-sens. Eviter aussi d’être plusieurs à coté, cela peut bloquer la circulation et empêche ceux qui doublent et slaloment d’accélérer. L’erreur fatale : s’arrêter pour regarder les buildings et prendre les photos. Comme on gêne et limite fortement la vitesse des flux, il faut se mettre sur le bas coté.

6) La vraie prononciation 

Staten Island : le A de Staten se prononce comme un A français et pas comme le A américain (ex: United States). On dit donc « STAH-ten Island », et pas « STATE-en Island ».

Houston Street :  bien que Houston soit une ville au Texas que l’on prononce « HEW-ston », le rue new yorkaise se prononce « HOW-stuhn Street ».

THE Bronx: il y a cinq borough à New York. Manhattan, Brooklyn, Queens, Staten Island et le Bronx. Seul LE Bronx est précédé d’un pronom. Assez facile pour Manhattan et Brooklyn mais on fait souvent l’erreur pour Queens. On doit donc dire « in Queens » (« à Queens »), et pas « in the Queens » (« dans le Queens).

7) La vraie distance entre les blocks

Le nombre de blocks ne donne pas de réelle indication sur la distance. Cela dépend s’il s’agit d’avenues ou de rues. Les rues sont courtes mais les avenues assez éloignées les unes des autres.

Attention toutefois, les rues ne sont pas toujours numérotées. Houston Street est l’équivalent de la rue 0. Au sud et donc dans une grande partie de Downtown, les rues ont des noms comme en Europe. Bien plus difficile de se repérer. Quand au West Village, rien à voir avec le quadrillage habituel de Manhattan. Le quartier s’apparente à un labyrinthe. Les rues et avenues ne sont pas claires. West 4th Street remonte en diagonale jusqu’à croiser West 11th Street.

8) Gare au métro le week end 

Le métro le week end n’est pas le même que la semaine. Mais alors pas du tout… CONSTRUCTION! Comme le métro fonctionne en permanence, les travaux et réparations doivent avoir lieu pendant la nuit ou les week ends. Résultat, il y a des changements de trajectoires pour de nombreuses lignes. Sur certaines sections, les métros ne circulent pas et sont remplacés par des shuttles. La MTA, société en charge des transports new yorkais, a même créé un site dédié uniquement aux changements du week end : The Weekender.

Image 1

Sans oublier la cerise sur le gateau (on ne sait toujours pas pourquoi) : les métros ont tendance à aller LENTEMENT le week end. En bref, le week end, prévoir plus de temps et être « ouvert ».

9) L’incompétence des chauffeurs de taxi

Le chauffeur de taxi n’est pas fiable. Il faut savoir soi même où l’on va et comment s’y rendre. Même avec des GPSs, les taxis à New York sont perdus et capables de faire des détours. Qu’ils soient là depuis un mois ou 10 ans. Evidemment, c’est surtout valable quand on n’est pas à Manhattan, le seul borough où le système quadrillé de rues et avenues rend l’orientation bien plus facile. Rester sur ses gardes quand même…

10) Les heures où éviter les taxis

Choisir de prendre un taxi, c’est pour gagner du temps et être confortable. Du coup, les heures de pointe à Manhattan sont à éviter. Coincés dans les embouteillages, le trajet sera plus long qu’en métro. Entre 16h et 17h, c’est aussi une mauvaise idée. Les taxis se font rares car ils retournent à leur base. C’est l’heure du changement de postes.

DSC03073

Bookmark and Share

A propos de Rafael...

Rafael est le rédacteur en chef de MyNewYork, spécialiste des hôtels de New York.

Une pensée à propos de “la liste des 10 trucs que seuls les new yorkais savent sur leur ville

  1. Pingback: la liste des trucs que même les new yorkais ne savent pas sur leur ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *