Il y a ceux qui décident de se lancer dans la ville-monde à l’aveuglette. Et il y a ceux qui se préparent avec une organisation digne d’une agence de voyage : ils surlignent les guides, survolent les forums, harcèlent leurs contacts sur place et prennent des notes des récits d’amis qui en reviennent juste.

Il y a quand même quelques conseils incontournables et très utiles que MyNewYork dévoile ici.  C’est bien d’être un touriste mais c’est encore mieux d’être un touriste informé.

1) les métros express.

Ca a son importance parce qu’en sortant de JKF, on emprunte la ligne A qui est « express ». Pour la faire courte (car c’est bien plus compliqué que ça en a l’air), une ligne de métro a en général deux versions. La version « local » qui s’arrête à toutes les stations (rond noir et blanc sur le plan) et la version « express » qui s’arrête uniquement au station avec un rond blanc. Attention par contre, quand la ligne express va plus loin que la ligne local, ce sont des points noirs après le terminus de la local mais l’express s’y arrête bien.

Comment reconnaître l’express d’une local ? Elles ont des noms différents et sur le quai, c’est indiqué : d’un coté LCL, de l’autre express. Par exemple, la A est express, alors que la C et E sont local (lignes bleues). La D est express mais la B est local (lignes orange). La 4 et 5 sont express, tandis que la 6 est local (lignes vertes). La 2 et 3 sont express mais la 1 est local (lignes rouges). La Q est express ; la N et R local (lignes jaunes). Enfin, la Z est express et la J local (lignes marron). Toutes les autres lignes (à part la 7) ne sont que local.

Pourquoi ça se complique ? D’abord parce que les métros express ne le sont pas tout le temps. Ils deviennent local la nuit et le week end. Ensuite parce que la ligne 6 qui est local à Manhattan peut devenir express dans le Bronx aux heures de pointe. Pareil pour la 7 qui est local et n’a pas d’équivalent express. Du coup, le chiffre de la ligne sera entouré d’un losange Image 2et non plus d’un rond Image 1(cet info fera de vous un expert). Enfin parce qu’à New York, les changements de dernière minute ou prévus à cause des travaux sont très fréquents. Donc une ligne express peut subitement se retrouver local ou l’inverse. Il faut être prêt à tout.

6d

la ligne 6, local à Manhattan mais express dans le Bronx aux heures de pointe

Résumé : c’est compliqué donc n’hésitez pas à demander aux autres passagers… !

2) la direction du métro.

Contrairement à la plupart des villes où la direction d’un métro prend sens avec l’indication du terminus, New York n’adhère pas à cette logique. Quand on est à Manhattan, il y a les métros qui vont « Uptown » et ceux qui vont « Downtown » (ceux qui montent et descendent). Si la rame se dirige vers un autre borough, ce sera comme ça que l’on fera la différence entre un sens et l’autre. A Manhattan, pour la ligne F par exemple, il y a la « Queens bound » pour la rame qui va de Brooklyn au Queens via Manhattan et la « Brooklyn bound » qui va de Queens à Brooklyn via Manhattan. Si on est dans Brooklyn, la « Brooklyn bound » deviendra « Coney Island Stillwell avenue bound » (nom du terminus) et la Queens bound deviendra « Manhattan bound ». Question de logique. Ou pas.

3) la bouche de métro.

DSC03083

Une bouche de métro qui donne uniquement accès aux trains qui vont Uptown et dans le Bronx.

Encore le métro !!! Si ça vous décourage, prenez le taxi.

Selon la direction du métro, il n’y aura pas forcément la même entrée, les deux quais n’ayant pas toujours une correspondance souterraine. Vérifier donc en entrant dans une bouche si c’est Uptown ou Dowtown, etc… Ce serait dommage de ne pas trouver le quai,  alors qu’il est juste de l’autre coté de la rue.

4) les tips.

Ca a l’air pas cher. Sauf que les prix sont affichés sans les taxes et sans les tips (pourboires). Les serveurs sont quasiment uniquement payés par les pourboires donc ce n’est pas optionnel de laisser quelque chose. Comptez entre 10 et 20%. Si vous payez en carte bleue, sur le ticket de caisse, vous remplirez le pourboire puis le total que cela fait.

5) Times Square et Midtown.

DSC03117

Times Square n’est pas le coeur de la ville pour les New Yorkais.

Si on regarde le plan, ça a l’air de se situer au centre. Surtout si ça s’appelle « Midtown » donc au milieu. Mais détrompez-vous. Les New Yorkais ne vont jamais dans cette partie de la ville. Il ne voit jamais Times Square, ils ne sortent pas dans ce « centre » bruyant, sans saveur et très touristique. En fait, le coeur de la ville et de l’animation, c’est plutôt Downtown. On s’y balade à pied, on s’y donne rendez-vous pour flâner ou sortir, comme dans une ville européenne. La plupart des quartiers réaménagés et branchés sont concentrés dans cette zone  : Chelsea, Greenwich Village, East Village, Lower East side, Soho, NoLiTa, TriBeCa. De plus, depuis qu’une bonne partie de l’avant garde et des jeunes sont partis à Brooklyn, Downtown est encore mieux situé.

Central Park n’est pas non plus le centre de la métropole. L’Upper East et Upper West Side, des deux cotés du parc, sont plutôt excentrés finalement et mis à part les musées dans l’Upper East Side, la plupart des attractions de la ville sont loin.

6) la clim.

New York, l’été, est un four. C’est sans compter tous les espaces intérieurs et surtout les rames de métro où la clim’ est excessive. Tellement à fond que l’on a froid, que l’on prend facilement froid. Gare à ne pas tomber malade lors des longs trajets.

7) les prises électriques.

Qui dit XXIe siècle dit nouvelles technologies : smartphones, ordinateurs, tablettes, appareils photo, lisseurs de cheveux (euh?!),… Pour les accros, il faudra s’organiser. Prévoyez un ou plusieurs adaptateurs. Non seulement le format aux USA est différent mais aussi le voltage. A moins que vous ne profitiez du séjour new yorkais pour faire une « digital detox ».

6) les distributeurs de banque.

Retirer dans un distributeur avec une carte de crédit française implique quelques frais. Comme partout (sauf si on est à la BNP qui a un partenariat avec Bank of America). Sauf qu’aux USA, en plus des distributeurs traditionnels dans les banques, il y a des ATMs (mini-distributeurs) un peu partout. Dans les restos, les bars, certaines épiceries,… Le hic par contre : ils choisissent eux-mêmes les frais. Ca va donc de moins de 1 dollar à 5 dollars parfois – en plus des frais internationaux de la banque française. Pas donné le retrait.

7) le burger du MacDo. 

On pourrait penser que le pays du Hamburger a sûrement des MacDo plus authentiques. Le MacDo version US ne ressemble pas à son petit cousin français. La qualité est catastrophique. New York regorge d’adresses de burgers succulents mais fuyez à tout prix les MacDo. Par contre, si vous voulez passer au MacDo pour utiliser les toilettes comme on le fait souvent en France, allez au Starbucks, il joue le même rôle.

8) le mimosa au brunch.

Ca ressemble à un jus d’orange et c’est la boisson par excellence du brunch dominical (gueule de bois ou pas). Mais attention : c’est bien du jus d’orange mais avec du champagne. Même après une soirée arrosée et un réveil pas très glamour, le New Yorkais n’a aucun problème à commander un mimosa. Le non-initié préférera le freshly squeezed orange juice.

9) la pièce d’identité.

Présenter sa pièce d’identité à l’entrée d’un bar ou d’une boîte n’est pas un mythe. On a beau avoir avoir 45 ans et les faire, peu importe. Tout le monde y passe et parfois, les cartes d’identité française sont refusées, passeport exigé. En dessous de 21 ans, oubliez ! There’s no way…

10) la popularité. 

like_fb

Si on vous parle dans la rue, qu’un serveur se comporte comme un pote et qu’on vous fait des compliments sur votre tenue, désolé de casser l’ambiance mais ce n’est pas parce que vous vous êtes métaphormosés en « personne la plus stylée, intéressante et successful » du moment. Ce sont des réactions assez banales pour les américains et c’est encore plus fréquent envers les français qui jouissent d’une adoration imbattable.

Bookmark and Share

A propos de Rafael...

Rafael est le rédacteur en chef de MyNewYork, spécialiste des hôtels de New York.

6 pensées à propos de “la liste des 10 trucs où les touristes se font toujours avoir

  1. Pingback: le gâteau aux Milles Crêpes | Hotel New York : les conseils du spécialiste des hôtels à New York !

  2. Pingback: le seul bar de williamsburg sans hipsters et touristes

  3. Pingback: les livres dont vous avez vraiment besoin avant de visiter new york

  4. Pingback: s'inviter à dîner chez un new yorkais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *