On pense souvent à New York comme cette jungle urbaine, où l’homme a dompté la nature. Et pourtant New York est un port de la façade maritime atlantique et dispose de nombreux espaces verts : 11 000 hectares. La chasse y est interdite et les prédateurs naturels absents.

Du coup, New York accueille une faune plus importante qu’il n’y paraît. Ce ne sont pas moins de 600 espèces d’animaux sauvages qui vivent dans la Grosse Pomme en liberté. Ces 30 dernières années, la population d’animaux sauvages n’a même cessé d’augmenter, au fur et à mesure notamment que de nouveaux espaces verts ont été créés.

Des animaux dans les 5 Boroughs de NYC

Des phoques sur les rochers de Pelham Bay et des coyotes dans le Bronx. Des renards roux et des baleines dans Queens. Des hiboux à Brooklyn. Des ratons laveurs, faucons et écureuils à Manhattan, au pied des gratte-ciel. Des certs à Staten Island. Entre autres. Les animaux sauvages sont présents sur toute l’agglomération de NYC, là où on ne les soupçonne pas toujours.

 

Des espèces à protéger

En 2016, la ville a créé une unité dédiée à la faune et travaille à protéger certaines espèces. C’est par exemple le cas du pluvier siffleur (Charadrius melodus) sur la plage de Rockaway, toute proche de l’aéroport JFK, où cet oiseau vient nicher au printemps. Cette espèce est considérée en voie de disparition par les autorités américaines.

Il arrive également que la ville freine la reproduction d’une espèce, comme c’est le cas des cerfs à Staten Island. Les animaux seraient arrivés dans l’île depuis l’Etat voisin du New Jersey par voie maritime. Mais ils se multiplient très vite et peuvent menacer les habitants (accidents routiers) et l’environnement (maladies que transmettent les tiques qui s’accrochent au poil des cerfs). Ainsi, 95% de la population de cerfs mâles de Staten Island soit autour de 1 100 animaux ont été stérilisés.

 

La municipalité travaille à une meilleure cohabitation entre humains et animaux

Une agglomération d’une vingtaine de millions d’habitants est-elle compatible avec des millions d’animaux sauvages issus de plus de 600 espèces ? Evidemment mais il faut mettre en garde les habitants. Des campagnes dans le métro et sur les abribus sont régulièrement organisées. La dernière mettait en scène  des photos d’animaux (cerfs, coyotes, pluviers) avec le solgan suivant  : « Les habitants de la ville prennent diverses formes« .

Une autre campagne avait été aussi nécessaire pour sensibiliser au fait que nourrir les animaux leur fait perdre leur peur instinctive des humains : « il n’y aucune raison de donner un hot-dog ou un bretzel aux écureuils« .  A Central Park, écureuils et raton laveurs risquent de venir fouiller eux-mêmes dans les sacs voire mordre les promeneurs.

Où observer la faune new yorkaise selon la saison ?

C’est quand même une excellente nouvelle. Mise à part les animaux domestiques, il n’y a pas que des rats et de pigeons à New York !!!

Pour savoir où se trouvent les différentes espèces dans NYC, il suffit de regarder cette carte interactive de la municipalité et sélectionner le mois qui convient : https://www.nycgovparks.org/programs/wildlife-management/calendar. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises…

Bookmark and Share

A propos de Rafael...

Rafael est le rédacteur en chef de MyNewYork, spécialiste des hôtels de New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *